Francais

L’Argonne

Située à 300 Km à peine de Bruxelles, la région française de l’Argonne est bien connue des amis de la nature belges et hollandais. Jouxtant pour ainsi dire nos Ardennes, le terri­toire s’étend sur les départements français de la Marne, de la Meuse et des Arden­nes et les régions Chamapge-Ardenne et Lorraine. Il s’agit d’une chaîne de colli­nes essentiellement fores­tière, dont l’orientation s’in­scrit dans l’axe Nord-sud et ayant environ 80 Km de long et 30 Km de large.

La couche géologique caractérisant le mieux l’Argonne est sans nul doute la gaize, qui n’apparaît du reste presque nulle part ailleurs. L’Argonne “authentique” correspond plus ou moins à la présence de cette couche.
Elle est bien visible en de nombreux endroits, comme le long de la route grimpant vers Florent, vers Beaulieu, à Vouziers, le long des chemins forestiers de Châtrices et de la Côte Collet à Passavant. Souvent les visiteurs de l’Argonne définissent à tort cette couche de “calcaire”, mais cette erreur s’explique par sa couleur pâle.

A l’est (le Barrois) et à l’ou­est (Champagne crayeuse) se situent d’immenses terres arables sur un sol calcai­re. C’est ici que l’on retrou­ve les derniers res­tants des vastes pelou­ses calcaires d’antan où prospèrent toujours bon nombre d’orchidées, particulière­ment populaires chez les botanistes.

La Champagne crayeuse

Au sud de cette immense forêt et directement en con­tact avec elle, se trouve une région où les bois alternent avec des pâtures et de grands étangs, comme l’étang de Belval, Brauzes, Cheminel…. C’est la Champagne humide, lié à l’argile de Gault dans le sous-sol.

étang de Cheminel

Un peu plus loin vers le sud, le lac du Der jouit d’une grande renommée pour ses milliers de Grues cendrées qui y séjournent chaque année, lorsqu’elles sont de passage au printemps et en automne.

L’Argonne, pays peu peuplé, possède quelques petits villages discrets, dont les habitations ont été érigées dans un style bien typique. Quelques villes connues se trouvent en dehors du territoire: à l’ouest, en Champagne, il y a Reims; au nord, dans le département des Ardennes, Charle­ville et à l’est, Verdun, ville au passé glorieux.

L’Argonne peut se targuer de posséder un passé exceptionnelle­ment capti­vant, qui a modifié le paysage à plusieurs reprise.

C’est surtout par sa riche avifaune que l’Argonne est bien connue: des rapaces tel le Milan noir, les espèces du paysa­ge bocager telles que la Pie-grièche écorcheur et la Huppe fas­ciée et celles, comme le Butor étoilé, qui vivent dans les marais et les roselières bordant les étangs. En outre, la région s’est forgée une renommée pour la facilité dont diverses espèces de gibier, comme le Renard, le Chevreuil et le Chat sauvage, s’y laissent observer. On oublierait pres­que de prêter attention aux richesses entomologiques et bota­niques que la région recèle.
On peut y voir, à une assez courte distance, une faune et une flore que la Flandre, elle aussi, a dû héberger, il y a moins d’un siècle et c’est ce qui donne à la région un attrait à la fois magique et réaliste pour les amis de la nature d’aujourd’hui. Cette concentration d’une nature vraiment ‘autochtone’ garantie et relativement spectaculaire sera pour eux l’assu­rance d’un week-end, prolongé ou non, toujours réussi.

Il va sans dire que le territoire est hautement recherché par les promeneurs (les adeptes des longues marches, notamment, y retrouveront les sentiers des Grandes randonnées) et les nombreux gîtes accueillent de nombreux Français, qui viennent y passer leurs vacances. Souvent, il s’agit d’un public très fidèle, que l’atmosphère de la région a réussi à passionner et qui aimerait, de ce fait, en savoir plus.

Pages: 1 2